Ecoconception et déchets d'équipements électriques et électroniques

Electrocycle, l’Asso D3E a participé à la matinale Apedec de l’écoconception du 25 octobre 2013. Cette matinale avec la journée « Music » s’inscrivait dans une programmation de deux jours co-organisés par l’Apedec et la ville de Montreuil.
Les raisons de cette invitation étaient variées :

  • Embryon de réflexions communes avec le Mozilab (tiers lieu initié par l’Apedec) sur les problématiques soulevées par les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE ou D3E) ;
  • Expérimentations en cours sur les déchets d’équipements électriques et électroniques avec notamment le projet de base de connaissances visant à déterminer les sous-ensembles réutilisables de D3E grâce à des ateliers ouverts de démontage/inventaire d’équipements électriques et électroniques ;
  • Connaissance des milieux hackerspaces et Fablabs.

La préparation de notre intervention fut l’occasion de nous interroger sur ce qu’est l’écoconception. L’écoute des autres intervenants, nous a permis d’avoir des illustrations de la manière dont, en pratique, elle était déclinée.
Quelques réflexions sur l’écoconception et un bref retour sur notre intervention.

Continuer la lecture de « Ecoconception et déchets d'équipements électriques et électroniques »

La gestion des déchets en mode open source ?

Vendredi 19 juillet 2013, s’est tenue ce qui sera peut-être connu dans quelques année comme la première discussion sur de « l’Open Déchet » dans les lieux comme les hackerspaces, fablabs, open ateliers ou ressourceries. La problématique étudiée était celle de « Comment gérer les déchets dans les lieux de réappropriation des savoirs et techniques ? » Nous n’étions que peu nombreux et quelque part heureusement puisque nos échanges ont duré près de … 4h. Regards croisés à partir d’expériences de terrain dans les lieux tels que les hackerspaces, les fablabs et les ressourceries.
Le lieu de réunion choisi n’était pas anodin puisqu’il s’agissait du Mozilab. Du fait de sa proximité avec la Collecterie de Montreuil, du profil de la future « Fabmanageuse » très impliquée dans la récup’, et du questionnement du lieu sur cette problématique, c’était une évidence que d’y tenir une réunion.
Quelles sont les questions qui ont été débattues ?

Continuer la lecture de « La gestion des déchets en mode open source ? »

Découverte de la Collecterie de Montreuil

Deux des neufs membres de l’association qui a créé la Collecterie de Montreuil http://lacollecterie.org/ m’ont accueilli le vendredi 26 avril en fin d’après midi dans leur nouveau local, 18-30 rue Saint Antoine.
Un local particulièrement bien situé puisqu’il se trouve dans une ville qui s’est déclarée en Transition et dans un futur éco-quartier. La Collecterie joue déjà la carte de la synergie avec des acteurs existants limitrophes (collectifs d’artistes, futur fablab, établissement de co-working, Roms…) ou plus éloignés (Ressourcerie à 2 mains par ex.).

Après une visite guidée de la Collecterie j’ai plus particulièrement échangé avec Nicolas, bénévole de l’association, fervent militant du libre, co-fondateur de la première web radio francilienne (off line depuis peu) et grand récupérateur comme tous les membres de l’asso.

La Collecterie souhaiterait se spécialiser dans la menuisirie. Il existe d’ores et déjà un atelier menuiserie et un local de transformation.
La priorité du moment, c’est l’aménagement de la boutique et la mise en place d’une gestion informatisée. C’est plus particulièrement ce dernier point qui m’amenait. L’idée était de présenter succinctement le logiciel open source Pmb, initialement conçu pour de la gestion de bibliothèque.
Seul le front office à partir de http://bacasable.usinette.org/eee/opac_css/ et http://114.112.255.13/bibliotec/opac_css/ a été montré. Il conviendrait à mon avis de faire une session bis sur le backoffice de manière à faire gagner du temps à Nicolas pour le test de ce logiciel pour leurs besoins propres. [Pour info, il existe également une démo d’une partie du back office ici : http://pmb.biblio.free.fr/ ]
Quoique plus intéressé par les QRCode (lisibles par des smartphone) que par les codes-barres, une douchette leur a cependant été prêtée. Aucune durée de prêt n’a été déterminée. Ils verront d’abord s’ils en ont l’usage.

Enfin, nous avons évoqué quelques pistes de collaboration :

  • mise en relations avec d’autres acteurs de la récup’ grâce à nos contacts (Hackerspaces franciliens, repare café, FUC, Garage Numérique, Ressourcerie de la Petite Rockette…)
  • mise en place d’un outil informatisé pour mieux gérer la collecterie.
    Que Pmb ou un logiciel de commerce électronique open source soient ou non adoptés, il nous a paru important de rappeler les efforts menés actuellement par la ressourcerie de la Petite Rockette pour coder une solution libre d’un système intégré de gestion de ressourcerie.