Rentrée en octobre d'Electrocycle & du wEEEKi à la Petite Rockette pour un événement en commun

Du 5 au 18 octobre, c’est le temps des communs. Une excellente occasion pour relancer le projet de base de connaissances sur les équipements électriques en fin de vie avec d’autres associations libristes. Picapo & Open Food Facts étant déjà dans la boucle, nous avons songé à demander à Wikimedia France de se joindre à nous.
Le lieu : la ressourcerie de la Petite Rockette, haut lieu de l’économie sociale & solidaire parisienne. Il restait à trouver une date commune sur le créneau de la programmation de la Rockette Libre. Ce sera le 16 oct à partir de 19h.

Pourquoi associer Wikimedia France ? Quel concept pour cet atelier d’octobre ? Continuer la lecture de « Rentrée en octobre d'Electrocycle & du wEEEKi à la Petite Rockette pour un événement en commun »

Préparation d’ateliers Wikidata

Suite à la réunion du 5 juin 2015 à la ressourcerie de la Petite Rockette et après quelques échanges emails avec Sylvain (Wikidata), Electrocycle a pu découvrir le siège de Wikimedia France le 3 sept. 2015.

Parce que les paroles s’envolent mais que les écrits restent, un très rapide compte-rendu.

Continuer la lecture de « Préparation d’ateliers Wikidata »

Le wEEEki : vers un outil d’éducation populaire et de transparence ?

Le vendredi 5 juin 2015 s’est tenue une réunion informelle entre Open Food Facts (OFF), le Refer (Réseau régional des ressourceries/recycleries d’Idf ), Electrocycle, Antanak, Picapo et InfoGnuEureka.
L’objet principal était de faire se rencontrer le Refer alias le réseau régional des ressourceries/recycleries d’lle de France et Open Food Facts, inventeur d’une plate-forme de bases de données [libres et coopératives] appelée Products Opener [= PO] et éditeur de deux bases de données [l’une sur les produits alimentaires de la grande distribution et l’autre sur les cosmétiques].
Cette rencontre, organisée par InfoGnuEureka, s’inscrivait dans la programmation de la Rockette Libre et celle de la semaine européenne du développement durable.
Après les présentations d’usage, à la Trockette – le café associatif géré par la Petite Rockette – deux temps forts ont ponctués cette rencontre :

  1. La découverte de la ressourcerie de la Petite Rockette et du monde des ressourceries.
  2. Les discussions à la Trockette pour réfléchir aux manières de travailler ensemble à la réutilisation de « Products Opener » afin d’en faire un outil favorisant la réappropriation citoyenne de la problématique de la fin de vie des équipements électriques & électroniques.

A l’issu de cette soirée placée sous la bannière des communs, et riche en informations, quelle stratégie mettre en œuvre ?

Continuer la lecture de « Le wEEEki : vers un outil d’éducation populaire et de transparence ? »

Mini forum sur les équipements électriques & électroniques le 16 janvier 2015

Comme chaque 3e vendredi du mois, Electrocycle – l’Asso D3E sera présente à la Ressourcerie de la Petite Rockette dès 19h14. Pour ceux ou celles à qui cela aurait échappé, nous sommes encore en janvier ! Et janvier, c’est le mois des bonnes résolutions.  😉
1. Vous avez envie de faire quelque chose de concret autour des équipements électroniques ou électroniques ? Venez présenter votre projet, on le démontera (gentiment) pour voir s’il peut être compatible avec les projets déjà soutenus par notre association. Ensemble on va plus loin !
2. Vous souhaiteriez en savoir plus sur notre association ? Faites-vous plaisir et posez les questions auxquelles vous désireriez des réponses.
3. Si le temps le permet & les participants motivés, nous essaierons d’avancer sur un futur Mooc dédié aux équipements électriques & électroniques.

La ressourcerie de la Petite Rockette, c’est au 125 rue du Chemin Vert Paris XI. Métro Père Lachaise.
En parallèle (à la Trockette), se tiendra une conférence qui sera rééditée la semaine prochaine : a fin du monde, le prix de  l’essence et le temps qu’il fera”. Pour voir le programme détaillé : http://www.lapetiterockette.org/wp-content/uploads/2014/12/programme_trockette_janvier_2015_web.pdf

le 12/01/2015
CD

Retour sur les séances consacrées à l'électrosensibilité à la Rockette Libre

Le 17 octobre puis le 21 novembre 2014, il fut question d’électrosensibilité à la ressourcerie de la Petite Rockette lors de l’atelier démontage D3E de la Rockette Libre. Retour avant la toute fin d’année 2014 sur ces 2 événements.

Continuer la lecture de « Retour sur les séances consacrées à l'électrosensibilité à la Rockette Libre »

Merci Papa Noël !

Vendredi 19 décembre 2014, ç’était déjà Noël lors de l’atelier exceptionnel clôturant les ateliers libres, gratuits et décousus de la Rockette Libre au sein de la Ressourcerie de la Petite Rockette. Les participants de l’atelier « robots absurdes » ont pu repartir avec leurs cadeaux en DIY (fait le toi-même).

Parmi la vingtaine de participants, l’auteur de Terriens Malins, les machineuses, deux animateurs jeunesses, un spécialiste des sumobots, l’ancien M. communication de la Ressourcerie, les fondateurs de Picapo, le porteur d’un projet de Mooc … et Ariel, Père Noël de la soirée. Il n’y a pas que les enfants (nous en avions deux) qui se soient bien amusés et ont fait preuve d’une belle créativité. Que d’enthousiasme, cela faisait plaisir à voir.

Un grand succès qui pourrait donner des idées de suites. Pourquoi pas un événement régulier au sein des ressourceries ? Dans cette hypothèse, grâce à cette première expérimentation une proposition de fiche d’atelier d’idéal.

Continuer la lecture de « Merci Papa Noël ! »

Du démontage à la réutilisation de pièces détachées d'équipements électriques & électroniques : les robots absurdes

Face au gaspillage de ressources qu’est le « recyclage » des déchets d’équipements électriques & électroniques (D3E), Electrocycle, l’Asso D3E soutenue par InfoGnuEureka porte le projet D3E.

Techniquement, le « recyclage » de D3E consiste à démanteler les équipements électriques & électroniques puis à les broyer pour enfin soit les « valoriser énergiquement » (l’incinération par exemple du plastique) soit refondre les parties métalliques pour obtenir de la « matière première secondaire ». Dès l’origine du projet, nous nous sommes dit : et si on réutilisait différemment certaines pièces détachées ?

Les ateliers démontages de D3E lors des événements Rockette Libre, nous ont permis de comprendre ce qu’est un équipement électrique & électronique et nous ont démontré que la notion de déchet était souvent assez subjective.

A l’approche des fête de fin d’année, Electrocycle, l’Asso D3E passe à la vitesse supérieure puisqu’elle se lance sur une proposition d’Ariel dans la réutilisation de certaines pièces détachées. Connaissez-vous le concept de robots absurdes ? Que la réponse soit positive ou négative, nous vous convions à passer le vendredi 19 décembre à la ressourcerie de la Petite Rockette pour un atelier participatif de construction de robots absurdes.

  Continuer la lecture de « Du démontage à la réutilisation de pièces détachées d'équipements électriques & électroniques : les robots absurdes »

Compte rendu de l'Atelier Démontage Inventaire du 13/06/2014 : Assistant électronique, appareil photo numérique et Disque dur !

Le vendredi 13 juin, comme chaque second vendredi du mois, c’était Atelier Démontage Inventaire à la Rockette Libre.

Comme toujours atelier très riche, en info, en découverte et en émotion.

Au programme, un assistant électronique (agenda électronique en version amélioré) le Jornada (qui signifie journée en espagnol) 568 -> http://www.netppc.com/p.php3?p=testhp568.html&c=hardware&T=HP%20Jornada%20568

Il faut savoir que cet équipement à une histoire, celle de la création d’Electrocycle, l’asso D3E : http://www.assod3e.org/aux-origines-du-projet-d3e/

Panne constaté : aucun logiciel ne se lance (pas de boot) et écran à moitié noir.
Après démontage, nous avons constaté la ressemblance frappante entre cet équipement et un PC, aussi nous avons joué au jeux du « quoi est où ? » Et nous avons retrouvé, la mémoire vive, le µP (microprocesseur) et la carte mère. Le disque dur étant matérialisé par une disquette de mémoire flash amovible.

Le Jornada une fois démonter.
Le Jornada une fois démonter.

Nous avons confondu haut-parleur et microphone, mais pas d’inquiétude étant donné qu’il s’agit de la même technologie, l’une utilisé dans un sens (signal électrique -> champ magnétique -> mouvement cinématique -> son) et l’autre dans l’autre (son -> mouvement cinématique (de la membrane) -> champ magnétique -> signal électrique). Nous n’avons d’ailleurs pas manqué de faire le parallèle avec le moteur à courant continue et la génératrice. ^^

Jornada démonté, partie plasturgie.
Jornada démonté, partie plasturgie.

Le diagnostique fut sans appel, pour un équipement de ce genre, miniaturisé au possible, une réparation (sauf par remplacement, vraisemblablement de la carte mère) n’est pas envisageable, la réutilisation (batterie, écran (commandable par arduino : http://fr.wikipedia.org/wiki/Arduino), micro, speaker) est, elle, possible.

Il est à noté que tout du long durant cet atelier, Olive, solitaire, performait dans son coin une réparation. Celle d’un appareil photo numérique, qui étant tombé avait son module optique (zoom) enrayé.

Au moment ou nous avions fini le démontage du Jornada, il arrivait, après une 30aine de micro-vis à extraire le module optique de l’appareil, pour enfin peut-être réparé l’équipement.

Le temps de remonter le Jornada, qu’Olive avait trouvé la panne, et l’avait réparé. Il s’agissait d’une pièce de plastique sortie de son emplacement. Il restait à remonté l’appareil qui était désormais fonctionnel.

Durant ce temps à l’autre bout de la table, on s’attaquai à un disque dur.
Pas simple à ouvrir, pensez à regarder sous les étiquettes qui mettent en garde contre une perte de la garantie. 😉
Une fois ouvert, on découvre cette magnifique platine, digne des meilleurs DJ’s, Nestor nous fit une démo très convaincante.

Platine disque dur
Platine disque dur

Mais comment sont stockées les données ? Sur un support magnétique (tout comme les ticket de métro ou les cassette à bande magnétique) qui est ici un disque qui effectivement est dur. (et non pas souple comme on trouve dans les disquettes par exemple)
La tête de lecture est guidée par une bobine nichée entre deux aimants permanents, qui par la circulation du courant déplace la tête autour d’un axe. Enfin un moteur fait tourner le disque au fameuse vitesse fièrement affiché sur les fiches techniques des disques durs aujourd’hui. (A noté que plus ça tourne vite, plus les erreurs d’écritures et de lectures sont nombreuses, en contrepartie plus l’accès à la donnée et à son chargement est rapide. ;))

Disque dur démonté
Disque dur démonté

Que d’émotion, le disque, démonté, l’appareil remonté et fonctionnel, un grand bravo à Olive pour sa performance.

En parlant d’émotion, nous invitons les personnes n’ayant pas bien dormi, énervé, qui pourrait s’égaré dans du lâchage d’insultes devant une une toute autre. Electrocycle, l’asso D3E, co-organise des ateliers ouverts, collaboratifs et à vocation pacifique voir relaxante, en aucun cas l’énervement et l’insulte ne seront être les bienvenues lors des prochaines séances.

Pour finir, impossible de ne pas mentionner, cette pépite que Martin nous a apportée, le dernier cri de obsolescence programmée, le DVD-D, un DVD jetable qui affiche fièrement une durée de vie de 24h maximum, un exploit de la technologie, je vous laisse découvrir ou redécouvrir cette aberration par vous même :
http://fr.wikipedia.org/wiki/DVD_jetable

Si vous avez envie de participer au prochain Atelier Démontage Inventaire, dans la joie et la bonne humeur.. C’est par ici -> Rockette Libre !

Compte rendu de l'Atelier Démontage Inventaire du 09/05/2014 : Poste audio, perceuse et machine expresso !

Le vendredi 9 mai 2014 c’était atelier démontage inventaire à la Rockette Libre, et on peut dire qu’on en a démonté du D3E.

Le poste audio (K7, CD, FM) était totalement fonctionnel, le fait d’être dans la ressourcerie nous a permis de tester successivement le lecteur CD, le lecteur cassette. Tout marchait sur notre patient, seul soucis, les boutons de commande du lecteur cassette manquaient, en secouant l’engin, nous avons découvert que les boutons étaient tombé dans l’appareil.

« Allez on le démonte pour aller les récupérer ! »

Que nenni, en retournant notre combiné nous avons pu extraire les précieux boutons et les faire sortir.

Diagnostique final de notre premier patient, tout marche mais il manque un seul et unique bouton, le bouton stop/eject.

Notre deuxième patient était une perceuse-marteleuse BOSCH.
Test habituel pour faire notre premier diagnostique on la branche et on voit se qui se passe : rien.

« On la démonte !!! »

On ouvre la machine et on voit le magnifique moteur, il n’y a dedans presque que lui.
On s’attelle à le sortir, mais l’une des vis qui tient le réducteur est grippée, impossible de la déloger, coup de marteau, pince, force, rien n’y fait. Il s’agit d’une vise cruciforme (+) nous décidons donc de la scier par le haut afin d’en faire une vis à tête plate (-), ainsi avec un tourne vis plat plus large nous pouvons exercer un couple plus important et donc déloger le forcené.
Le moteur est sorti, cette fois ci, nous pouvons bien voir le rotor et le stator, les faire tourner, mais l’explication théorique sur le fonctionnement du moteur, reste une tache difficile. (Je vous renvoie vers la petite vidéo qui vous dira tout à ce sujet : http://youtu.be/nvqGOn1ZFIw principe de base simple moteur à courant continue)
Il y a dans la perceuse une hélice, qui sert à dissiper la chaleur générée par le moteur, qui est purement et simplement du même type que celui de l’aspirateur (cf. atelier du 11/04/2014).
La partie pour basculer du mode perceuse au mode perceuse-marteleuse, à l’aide d’un commutateur (mécanique) à bille, qui contraint ou non la partie qui accueille le foret dans une position ou dans l’autre (l’autre étant appuyée contre une rondelle crantée qui génère le mouvement de martèlement.)
Enfin l’interrupteur avec un condo et une diode, un système de maintient en position marche.
Et bien sûr j’oubliai, qui dit moteur dit charbons, nos petits chouchous étaient bien usés possiblement l’origine de la panne. Mais l’une des bobines du stator (partie fixe du moteur) avait un fil coupé, ce qui rend toute la bobine inutile car le courant ne peut plus la traverser.
Pour finir la soirée nous avons démonté un troisième patient en express, une machine à expresso.

Test de base on la branche et on se fait un café, tout marche nickel.

« Euh, du coup on la démonte ? » « On la démonte !!! »

Assez difficile à démonter, système de clips en plastique principalement et deux vis torx cachées à l’intérieur de la machine.
Une fois démonté, on voit la pompe qui aspire l’eau du réservoir, pour l’envoyer dans ce qui n’est ni plus ni moins qu’un ballon d’eau chaude, de là l’eau chaude sous pression est envoyée vers la capsule et finit dans la tasse.

Le réservoir (ballon) de la machine à expresso
Le réservoir (ballon) de la machine à expresso

Rien de bien compliqué sauf la partie commande électronique que nous n’avons pas touchée (par faute de temps) et le capteur de niveau d’eau qui est très probablement un capteur magnétique (système de contact par aimant qui indique si oui ou non le niveau d’eau est suffisant.
Par contre le fait de la faire fonctionner avant de la démonter, est à éviter, car la résistance de chauffe du ballon, était brûlante, et on c’est brûlés les doigts à plusieurs reprises. ^^
Une fois remonté, une grosse fuite est apparue, surement un couac au remontage ou au démontage (on a été un peu bourrin par moment).

Atelier riche en démontage, en notion d’électricité (nous avons parlé du déphasage et des techniques de bobinage notamment), et en débats divers et variés, on été abordés les thèmes suivants (critique de la valeur, véganisme, ultra-consommation, salaire universel et j’en passe. :)).

Envie de participer au prochain Atelier Démontage Inventaire ? C’est par ici -> Rockette Libre !

Hacker les hackerspaces ?

« Un hackerspace, hacklab ou media hacklab est un lieu où des gens avec un intérêt commun (souvent autour de l’informatique, de la technologie, des sciences, des arts…) peuvent se rencontrer et collaborer. Les Hackerspaces peuvent être vus comme des laboratoires communautaires ouverts où des gens (les hackers) peuvent partager ressources et savoir« . Wikipedia

En 2013, nous évoquions le sort futur de certains hackerspaces et autre tiers lieux franciliens. Que sont-ils devenus ? Aurait-on besoin de les promouvoir ? Si oui, que faire pour les pérenniser et n’y a-t-il pas alors un risque de détournement ?

Continuer la lecture de « Hacker les hackerspaces ? »