La régénération de piles à l’inauguration de la Maison du Zéro Déchet & lors du Festilab !

Le 1er, juillet, notre partenaire Zero Waste France inaugurera la Maison du Zéro Déchet. Electrocycle sera présente pour présenter la régénération de piles & certains de ses projets en cours. N’hésitez pas à passer pour nous rencontrer et en savoir plus sur nos diverses activités.

Un temps – de 12h30 à 16h – sera dédié à la régénération des piles. Philippe*, l’initiateur du renouveau de la régénération de piles sera là pour répondre à toutes vos questions sur les piles & sur le projet « Paris gagnés sur les piles ». Vous pourrez également tester le testeur de piles (concours Lépine 2012) de Daniel, notre secrétaire.

L’adresse : 3 rue charles nodier Paris 18e

Maison du Zéro Déchet

Si vous envisagez de joindre vos forces aux nôtres, venez à l’inauguration pour nous rencontrer puis qui sait adhérer. 😉

Pour info, la régénération de piles et le sauvepile seront le même jour présentés à l’occasion du Festilab par Electrocycle Breizh.

(*) Philippe a été le consultant technique du projet Regen box que notre association a initié puis proposé à Atelier 21. Sa conférence du 2 mars 2017 aux Grands Voisins est visible sur Youtube. [17:26]

 

Réemploi de comptoir !

La 4e édition de la Paris Beer Week vient de se terminer. L’association Bières et Papilles qui l’organisait a fait appel pour le Grand Final au Refer, à l’association Zone-Ah! ainsi qu’à Electrocycle. Le sujet de notre intervention commune portait sur « Recyclage, réemploi & circuit court, une économie face à des défis ». Nous y avons improvisé une intervention à 3 puis 4 voix autour d’un changement intitulé : « Réemploi de comptoir ! »

Quelques explications autour du titre fédérateur de nos interventions, avant de revenir sur le déroulement des échanges & la rapide promotion de « Paris gagnés sur les piles ».

Continuer la lecture de « Réemploi de comptoir ! »

Electrocycle présente au Paris Open Source Summit !

De loisir coûteux pour le gérant d’InfoGnuEureka, Electrocycle – au regard des sollicitations dont l’association fait l’objet – est en passe de devenir un acteur économique portant le flambeau du libre et de l’open source dans l’économie circulaire. Si vous souhaitez rencontrer quelques-uns de ses membres, nous vous invitons à passer nous voir sur son stand du Paris Open Source Summit (16 et 17 nov. 2016). Une intervention du gérant d’InfoGnuEureka est également prévue (le mercredi 16 nov. à 17h en Salle Madrid).

Dans quel contexte Electrocycle est-elle apparue ? Quels sont ses projets passés, présents et futurs ?

Continuer la lecture de « Electrocycle présente au Paris Open Source Summit ! »

projet Regen Box

Initié par un membre d’Electrocycle soutenu par notre association, son mécène, ZWF, La Paillasse & HOP, le projet de regénérateur de piles open source se poursuit avec une dimension crowdfunding mené par  Atelier 21 .

Pour en savoir plus sur ce projet, nous vous invitons à vous rendre sur Ulule.

« participez à la mise en open-source d’un projet qui va faire économiser de l’argent à plein de gens dans le monde tout en réduisant les déchets toxiques pour la plupart diffusés dans la nature. »

 

Le Synthéthiseur de récup’ en mode Diwo alias l’Atari Punk Console !

Après les robots absurdes, les ateliers de fabrication d’Electrocycle propose … un synthétiseur fait à partir de différents matériels récupérés à la ressourcerie de la Petite Rockette issus de démontage fait maison. 😉
Place à l’ATARI PUNK CONSOLE !

Les capacités de ce synthétiseur sont très limités mais l’objectif n’est pas tant de produire du son que de démontrer que l’on peut créer un cycle vertueux de démontage éducatif et réutilisation éducative et ludique.

Continuer la lecture de « Le Synthéthiseur de récup’ en mode Diwo alias l’Atari Punk Console ! »

La durabilité des équipements électriques & électroniques : rêve ou future réalité ?

Le « projet  D3E » a été initialement impulsé par le désir d’un des co-fondateurs d’Electrocycle de se créer un emploi qui avait du sens, à partir d’un axe traitement de l’information sur la problématique des « déchets d’équipements électriques & électroniques ».
Le projet a muté en une expérimentation sur les équipements électriques & électroniques en fin de vie. Il a permis aux membres de notre association d’avoir une compréhension plus fine du fonctionnement de notre société de consommation.   Depuis 2015, une orientation autour du « design libre » a progressivement été prise (cf. notamment le projet regen box).

Il est certaines choses qu’on ne comprend qu’en « mettant les mains dans le cambouis ». Nous avons fait cette expérience.
Trente ans auparavant, François Marthaler avait fait lui aussi les constats que nous avons redécouverts. Nous vous recommandons sa courte conférence « Obsolescence programmée vs durabilité planifiée ».

La durabilité grâce à des appareils open source a progressé mais que le changement est parfois long…

Le 25/05/2016
Cyril

 

La régénération de piles s’invite lors du 3e speed-meeting sur les filières REP en Ile de France

Le 16 février 2016, l’Ordif organisait le 3e speed-meeting sur les filières REP en Ile-de-France.
Electrocycle était présente à la session du matin. Elle y a d’ailleurs pris la parole après qu’une question ait été posée sur les piles. L’un de nos membres, ingénieur et expert sur les piles a développé une invention qui peine à intéresser les fabricants de piles, le ministère de l’environnement et les éco-organismes dédiés aux piles.
Une bonne occasion de se faire remarquer puis de discuter avec les représentants des deux éco-organismes de piles lors d’un speed meeting de 30 minutes.

Continuer la lecture de « La régénération de piles s’invite lors du 3e speed-meeting sur les filières REP en Ile de France »

Allumer le feu !

DJ Ariel était aux platines de la rockette-libre le 20 nov. 2015. Pendant que Cécile, Madame communication de la Petite Rockette était au fourneau à la Trockette. Alors qu’un autre habitué, Hadrien, était dans ses expérimentations pour faire pousser des champignons. Alimentation ou zikmu, il fallait choisir. Dans les deux cas, une atmosphère chaleureuse & bon enfant qui faisait du bien après les événements récents…

« Laja Soundsystem » a fait une entrée en fanfare dans le catalogue des trucs expérimentaux qui ont du sens d’Electrocycle. Rapide survol de ce qui s’est passé durant l’atelier.

Continuer la lecture de « Allumer le feu ! »

Ecoconception et déchets d'équipements électriques et électroniques

Electrocycle, l’Asso D3E a participé à la matinale Apedec de l’écoconception du 25 octobre 2013. Cette matinale avec la journée « Music » s’inscrivait dans une programmation de deux jours co-organisés par l’Apedec et la ville de Montreuil.
Les raisons de cette invitation étaient variées :

  • Embryon de réflexions communes avec le Mozilab (tiers lieu initié par l’Apedec) sur les problématiques soulevées par les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE ou D3E) ;
  • Expérimentations en cours sur les déchets d’équipements électriques et électroniques avec notamment le projet de base de connaissances visant à déterminer les sous-ensembles réutilisables de D3E grâce à des ateliers ouverts de démontage/inventaire d’équipements électriques et électroniques ;
  • Connaissance des milieux hackerspaces et Fablabs.

La préparation de notre intervention fut l’occasion de nous interroger sur ce qu’est l’écoconception. L’écoute des autres intervenants, nous a permis d’avoir des illustrations de la manière dont, en pratique, elle était déclinée.
Quelques réflexions sur l’écoconception et un bref retour sur notre intervention.

Continuer la lecture de « Ecoconception et déchets d'équipements électriques et électroniques »

Réflexions sur un prototype de chauffage solaire fait main

Dans un précédent article, nous évoquions la notion de D3E 2.0 en référence à quelques équipements ménagers habituellement électriques voire électroniques réalisés à partir de déchets. Arrêtons-nous sur le chauffage solaire.

La recette pour faire un chauffage solaire

  • une documentation accessible sur http://solar.freeonplate.com/fr/panneau_solaire.htm,
  • un groupe d’amis un peu bricoleurs,
  • un lieu pour se retrouver et utiliser quelques outils,
  • des matériaux et du temps pour collecter ce qui sera nécessaire et organiser des ateliers d’intelligence collective pour construire le chauffage solaire
  • 30 euros pour acheter mastic et peinture noire résistante à de hautes températures

Le résultat est au RDV :

chauffage solaire
chauffage solaire

Les utopies concrètes, c’est possible !

Quel bilan tiré de cette expérimentation ? D’abord, que quand on veut, on peut. Nul ingénieur dans l’équipe qui a réalisé le chauffage solaire. Juste des personnes motivées n’ayant même pas toutes des compétences particulières en bricolage !
Ensuite, une expérience humaine riche où les uns et les autres se découvrent des capacités insoupçonnées qui ajoutées au travail de chacun donne une belle réalisation.
Enfin, une démonstration par l’exemple que ce que certains considèrent comme des déchets peut se révéler être une ressource. L’économie dite circulaire ne concerne pas seulement les entreprises mais chacun d’entre nous. C’est par des actes que l’ont pourra (peut-être) modifier le regard que beaucoup d’entre nous avons des déchets.

La réalisation n’est pas (encore) parfaite. La partie électrique (ventilateur) et électronique (thermostat et sondes de températures) ne sont pas encore montés. Aucune mesure précise n’a encore été réalisée sur la quantité de chaleur produite même si l’on peut expérimentalement valider que de l’air chaud sort. Il est vraisemblable que l’on pourrait fortement améliorer le rendement. En effet, les trous générant les vortex pourraient sans doute être optimisés. On pourrait même imaginer certaines améliorations dans le processus de fabrication comme par exemple utiliser un procédé d’anodisation plutôt que de colle polluante. Sans doute, serait-il aussi souhaitable de trouver une alternative à la peinture également polluante qui a été nécessaire pour que l’aluminium conserve mieux la chaleur.
Certaines questions comme celle de la propriété de cet équipement et de son usage n’ont pas encore été trouvés voire même pensés. Conçu dans le cadre d’un collectif pour démontrer la faisabilité d’une démarche et la pertinence d’un prototype, à qui appartiendra cet équipement ? Qui en sera responsable et devra un jour gérer sa fin de vie ? Qui le stockera ? Qui l’utilisera ?

Dans l’absolu, tout est criticable mais le résultat est indéniable. Le prototype marche. Dès lors, pourrait-on imaginer à plus grande échelle la construction de chauffage solaire en DIY (do it yourself ou fait soi-même) ? Quelles pourraient être les arguments qui iraient à l’encontre de cette extension ?

Tous avec un chauffage solaire en DIY ?

Pour les produits manufacturés et vendus, il existe une réglementation qui s’applique aux industriels. Tous doivent être homologués avant d’être mis sur le marché. Mais qu’en est-il des produits ou prototypes non vendus ? Gageons que si certains assureurs avaient la connaissance de ces produits installés dans des habitations, ils trouveraient sans doute matière à soit augmenter les primes d’assurance soit refuser d’assurer. Mais, il serait plus simple de leur poser la question…
Par ailleurs, quelles seraient les réactions des industriels s’ils faisaient face à une invasion massive de chauffage solaire fait maison ? Un lobby se mettrait-il en place pour interdire ces procédés pour des motifs divers. L’aluminium est un produit toxique, certains industriels pouraient-ils s’en souvenir pour souhaiter interdire au nom de la santé publique ces chauffages solaires ?
Nous manquons encore de recul pour connaître la durée de vie d’un tel produit. Rien n’est immortel. S’il a effectivement permis de réutiliser un certains nombre de matériaux déchets (dont des cannettes d’aluminium), la destruction un jour de cet équipement se fera-t-elle également de façon vertueuse ?

Pour conclure, le principal frein à une hyptothétique expansion d’équipements ménagers réalisés en DIY nous semble être tant nous-même que notre système, basé plus sur la consommation et l’achat, délaissant la réalisation par soi-même d’objets. Si toutefois, certains souhaitaient se lancer dans la création, qu’ils jettent un coup d’oeil sur le site faisons les nous même. Et, pourquoi pas, qu’ils rejoignent les effectifs des ateliers récup’ du groupe récupération du Festival des Utopies Concrètes !

Le 4/10/2013
Mis à jour le 5/10/2013
CD,