Leçons à tirer après une action ponctuelle de déstockage de D3E ?

Suite à une initiative lancée par un membre du Tmp/Lab sur la liste de diffusion, un petit groupe de 4 personnes s’est retrouvé face à des piles de déchets d’équipements électriques & électroniques (DEEE ou D3E) qui s’étaient progressivement accumulées.
Après une rapide concertation, nous avons décidé de transférer les déchets les plus volumineux à la la décheterie d’Ivry sur Seine. Le but était donc de faire de la place et pas de valoriser ces déchets.

La stratégie étant ainsi définie, il a fallu trouver des espaces relativement vides afin de pouvoir faire du tri dans les piles de déchets et pouvoir accéder aux D3E que nous souhaitions évacuer.
Deux télévisions à écran cathodique, des tubes néons grillés, des cartes électroniques, un gros et vieux équipement électrique et électronique aux fonctionnalités indéfinies se sont vus charger dans le véhicule d’un des membres de la fine équipe.
Deux d’entre nous sont partis, munis de justificatifs de domicile et de pièces identités, à la décheterie. Tandis que les deux autres se sont attaqués au ménage et à la réorganisation de l’espace dégagé. Une caisse et une palette ont été utilisées afin de structurer l’espace, de manière à pouvoir stocker les matériaux plastiques d’une part et, d’autre part les équipements électriques & électroniques qui devront faire l’objet d’un diagnostic.
Cartons, papiers abimés et non réemployables ont été mis aux ordures ménagères. Un second voyage serait prévu prochainement pour déstocker les matériaux plastiques volumineux qui sont, en l’état actuel, des déchets non employables et qui prennent de l’espace.

Au final, un gain de place et une impression d’ordre mais … pour combien de temps ? Aurait-on pu faire mieux ? Quelles leçons tirées de cet atelier déstoskage de D3E ?
Continuer la lecture de « Leçons à tirer après une action ponctuelle de déstockage de D3E ? »

Dernier atelier/démontage inventaire d'équipements électriques & électroniques de 2013

Ce soir, c’est fête à la Rockette-libre. Dernier atelier démontage/inventaire de l’année, dernière séance à l’emplacement actuel de la Ressourcerie qui nous héberge, peut-être fin du démontage des objets initialement pressentis pour le projet wEEEki !
Si nous sommes suffisamment nombreux et si la ressourcerie de la Petite Rockette a dans ses stocks, grille pain, four et cafetière électrique, c’est pas moins de 3 déchets d’équipements électriques et électroniques que nous pourrions démonter ce soir à partir de 19h30 au 62 rue Oberkampf, Paris 11 (Métro Parmentier).
Leur point commun, c’est qu’ils produisent de la chaleur pour faire cuire des aliments. Ce pourrait donc être le fil rouge de cette soirée. Comment produit-on de la chaleur avec de l’électricité ?

Après ce démontage, l’idée serait d’apporter une petite modification à la « procédure standard » de démontage/inventaire. Elle se concluerait par des photos des objets (avant / après) qu’on enverrait sur Wikimedia commons http://commons.wikimedia.org/wiki/Accueil?uselang=fr. Si quelqu’un peut penser emporter avec lui un appareil photo ce soir !

Le 13/12/2013
CD

wEEEki in progress

Le contenu des discussions à la Rockette Libre fut particulièrement riche le vendredi 18 octobre 2013. En effet, en plus du sujet principal consacré au wEEEki, il fut question :

  • d’un logiciel open-source de gestion intégrée de ressourcerie en cours de développement,
  • d’ateliers de reconditionnement d’informatique tant à la Rockette Libre que dans le cadre des activités de la ressourcerie de la Petite Rockette,
  • de l’organisation d’un futur atelier consacré à Open street Map,
  • et d’autres sujets divers et variés.

Aussi ne faut-il pas s’étonner que nous n’ayons pu résoudre toutes les difficultés rencontrés dans l’utilisation de mediawiki utilisé par le projet wEEEki. Quelles ont été les avancées et que restent-ils à faire ?

Les avancées de l’atelier wEEEki

Il fallait faire un sacré ménage dans les spams qui se sont accumulés depuis juillet. Deux stratégies ont été mis en oeuvre. D’abord la frappe chirurgicale en tentant de comprendre le rôle des différentes tables du médiawiki en lançant quelques lignes de commande sql. Au passage, nous avons pu apprécier la virtuosité d’Olive dans l’utilisation du terminal. Ensuite, en sortant l’artillerie lourde, en décidant finalement d’écraser l’ancienne base par une nouvelle vierge.
La situation présente étant réglée de manière radicale, il fallait prendre des décisions quant à la préservation de ce futur bien commun vis à vis des robots spammeurs. La piste d’utiliser un script analysant le temps de création d’un compte à été évoquée. En effet, il faut quelques secondes à un robot pour créer comptes et pages web alors qu’il est nécessaire de passer plus de temps pour un humain. On a donc là, un moyen de filtrer les spams. Néanmoins, n’ayant pas un tel script sous la main, nous avons commencé par ajouter une « captcha » et imposer la création d’un compte pour pouvoir ajouter une page. [Naifs, nous avions initialement laissé grandes ouvertes les portes pour que chacun puisse, sans compte, ajouter du contenu.]
Une autre décision importante a elle été confirmée. Celle de mettre chacune des pages sous CC By Sa.
Un logo en version 0 a été mis sur le wiki.
4 comptes utilisateurs dont symboliquement 2 appartiennent à deux ressourceries distinctes ont été créés.
La page d’accueil est de nouveau accessible.
[Postérieurement à l’atelier du 18 oct., l’ensemble des pages précédemment créées ont été remises en ligne à partir de fichiers sauvegarder au format txt. L’historique et le nom des contributeurs initiaux n’ont pu être conservés.]

Les points encore à résoudre

Hélas, force est de constater que le wEEEki n’est pas encore redevenu complètement fonctionnel et que quelques progrès restent à faire au regard des robots spammeurs, créateurs de compte.
Si l’on peut créer sans difficulté de nouveaux compte, on ne peut pour le moment créer de page – ce qui d’un certain côté simplifie le problème des robots spammeurs mais n’est sans doute pas la solution la plus appropriée !
Nous avons pu constaté que du spam continue d’exister pour la création de compte.
Enfin, nous avons sans doute été un peu rapide pour présenter l’outil médiawiki que chacun est invité à s’approprier pour contribuer à ce futur commun de la connaissance.

Tout laisse donc à penser que nous programmerons une autre séance. Cela notamment afin, comme l’ont proposé certains participants, de procéder à un démontage/inventaire tout en remplissant dans le même temps le wEEEki – [ce que nous ne faisions pas jusqu’à maintenant]. To be continued…

le 24 oct. 2013
Mise à jour au 1 nov. 2013
CD

Les D3E en tant que biens communs !

Octobre, c’est le mois des communs http://villes.bienscommuns.org/. Ca tombe bien puisque les ateliers démontage/inventaire reprennent ce mois-ci à la Rockette-Libre http://rockette-libre.org/demontage-d3e/. Un atelier donc pour « fêter » ces deux événements : le vendredi 11 oct. 2013 à partir de 19h00.
Un moment de partage et d’intelligence collective où l’on reviendra, sur les axes du projet D3E, les questionnements de la précédente « démantèlement party » organisée par la Collecterie de Montreuil, avant de démonter un équipement électrique électronique de la liste visible sur http://www.assod3e.org/le-projet-weeeki/ .

Continuer la lecture de « Les D3E en tant que biens communs ! »

Réflexions sur un prototype de chauffage solaire fait main

Dans un précédent article, nous évoquions la notion de D3E 2.0 en référence à quelques équipements ménagers habituellement électriques voire électroniques réalisés à partir de déchets. Arrêtons-nous sur le chauffage solaire.

La recette pour faire un chauffage solaire

  • une documentation accessible sur http://solar.freeonplate.com/fr/panneau_solaire.htm,
  • un groupe d’amis un peu bricoleurs,
  • un lieu pour se retrouver et utiliser quelques outils,
  • des matériaux et du temps pour collecter ce qui sera nécessaire et organiser des ateliers d’intelligence collective pour construire le chauffage solaire
  • 30 euros pour acheter mastic et peinture noire résistante à de hautes températures

Le résultat est au RDV :

chauffage solaire
chauffage solaire

Les utopies concrètes, c’est possible !

Quel bilan tiré de cette expérimentation ? D’abord, que quand on veut, on peut. Nul ingénieur dans l’équipe qui a réalisé le chauffage solaire. Juste des personnes motivées n’ayant même pas toutes des compétences particulières en bricolage !
Ensuite, une expérience humaine riche où les uns et les autres se découvrent des capacités insoupçonnées qui ajoutées au travail de chacun donne une belle réalisation.
Enfin, une démonstration par l’exemple que ce que certains considèrent comme des déchets peut se révéler être une ressource. L’économie dite circulaire ne concerne pas seulement les entreprises mais chacun d’entre nous. C’est par des actes que l’ont pourra (peut-être) modifier le regard que beaucoup d’entre nous avons des déchets.

La réalisation n’est pas (encore) parfaite. La partie électrique (ventilateur) et électronique (thermostat et sondes de températures) ne sont pas encore montés. Aucune mesure précise n’a encore été réalisée sur la quantité de chaleur produite même si l’on peut expérimentalement valider que de l’air chaud sort. Il est vraisemblable que l’on pourrait fortement améliorer le rendement. En effet, les trous générant les vortex pourraient sans doute être optimisés. On pourrait même imaginer certaines améliorations dans le processus de fabrication comme par exemple utiliser un procédé d’anodisation plutôt que de colle polluante. Sans doute, serait-il aussi souhaitable de trouver une alternative à la peinture également polluante qui a été nécessaire pour que l’aluminium conserve mieux la chaleur.
Certaines questions comme celle de la propriété de cet équipement et de son usage n’ont pas encore été trouvés voire même pensés. Conçu dans le cadre d’un collectif pour démontrer la faisabilité d’une démarche et la pertinence d’un prototype, à qui appartiendra cet équipement ? Qui en sera responsable et devra un jour gérer sa fin de vie ? Qui le stockera ? Qui l’utilisera ?

Dans l’absolu, tout est criticable mais le résultat est indéniable. Le prototype marche. Dès lors, pourrait-on imaginer à plus grande échelle la construction de chauffage solaire en DIY (do it yourself ou fait soi-même) ? Quelles pourraient être les arguments qui iraient à l’encontre de cette extension ?

Tous avec un chauffage solaire en DIY ?

Pour les produits manufacturés et vendus, il existe une réglementation qui s’applique aux industriels. Tous doivent être homologués avant d’être mis sur le marché. Mais qu’en est-il des produits ou prototypes non vendus ? Gageons que si certains assureurs avaient la connaissance de ces produits installés dans des habitations, ils trouveraient sans doute matière à soit augmenter les primes d’assurance soit refuser d’assurer. Mais, il serait plus simple de leur poser la question…
Par ailleurs, quelles seraient les réactions des industriels s’ils faisaient face à une invasion massive de chauffage solaire fait maison ? Un lobby se mettrait-il en place pour interdire ces procédés pour des motifs divers. L’aluminium est un produit toxique, certains industriels pouraient-ils s’en souvenir pour souhaiter interdire au nom de la santé publique ces chauffages solaires ?
Nous manquons encore de recul pour connaître la durée de vie d’un tel produit. Rien n’est immortel. S’il a effectivement permis de réutiliser un certains nombre de matériaux déchets (dont des cannettes d’aluminium), la destruction un jour de cet équipement se fera-t-elle également de façon vertueuse ?

Pour conclure, le principal frein à une hyptothétique expansion d’équipements ménagers réalisés en DIY nous semble être tant nous-même que notre système, basé plus sur la consommation et l’achat, délaissant la réalisation par soi-même d’objets. Si toutefois, certains souhaitaient se lancer dans la création, qu’ils jettent un coup d’oeil sur le site faisons les nous même. Et, pourquoi pas, qu’ils rejoignent les effectifs des ateliers récup’ du groupe récupération du Festival des Utopies Concrètes !

Le 4/10/2013
Mis à jour le 5/10/2013
CD,

Rentrée de sept. 2013 d'Electrocycle – la communauté D3E ?

Le collectif D3E (déchets d’équipements électriques et électroniques) a vu le jour à l’occasion de la SERD (Semaine Européenne de Réduction des Déchets) 2011. En 2012, le collectif s’est transformé en asso D3E. 2013 verra-t-il émerger une communauté D3E ? Une partie des efforts de notre association ainsi que ceux d’acteurs de la collecte ou du traitement des D3E vont en tout cas dans ce sens.
Pour preuve, quelques événements passés et à venir (non exhaustifs) liés aux D3E qui ne manqueront pas de cimenter notre communauté sur des actions concrètes.

Continuer la lecture de « Rentrée de sept. 2013 d'Electrocycle – la communauté D3E ? »

Atelier démontage/inventaire d’un appareil photo au Summer Lab de Nantes

Les ateliers de démontage/inventaire d’équipements électriques et électroniques initiés à la Rockette Libre s’opèrent dans un certain contexte. En effet, réalisés dans les locaux d’une ressourcerie, nul besoin de s’inquiéter du devenir des pièces détachées après le démontage. Par ailleurs, il s’agit d’ateliers de sensibilisation et finalement l’objectif n’est pas temps d’inventorier les sous ensembles de l’équipement que de prendre prétexte d’un démontage pour proposer une discussion sur cet équipement, la technique ou la technologie en général et la problématique des D3E.
La tenue d’un atelier démontage/inventaire lors du Summer Lab de Nantes fut particulièrement intéressante puisqu’il permis de partir sur d’autres pistes en vue de proposer une méthodologie de démontage/inventaire tout en image.

Continuer la lecture de « Atelier démontage/inventaire d’un appareil photo au Summer Lab de Nantes »

D3E au Summer Lab de Nantes

Du 8 au 14 juillet 2013 s’est tenu le Summer Lab de Nantes organisé par l’association PiNG en partenariat avec l’ENSA. PiNG, comme il est précisé sur http://www.pingbase.net/wordpressfr/ping/projet-associatif , « explore les pratiques numériques et invite à la réappropriation des technologies. A la fois espace de ressources, d’expérimentation et atelier de fabrication numérique (Fablab), l’association développe son projet autour de la médiation, la pédagogie, l’accompagnement et la mise en réseau des acteurs. »
En quoi consistait le Sumer Lab et quelles rencontres intéressantes y avons nous faites ?

Continuer la lecture de « D3E au Summer Lab de Nantes »

Séance de hacks en abyme le vendredi 31 mai à la Rockette Libre

La mise en abyme « est un procédé consistant à représenter une œuvre dans une œuvre du même type, par exemple en incrustant une image en elle-même« . (Wikipédia) Le hack en abyme pourrait être un procédé consistant à détourner une oeuvre de l’esprit dans une oeuvre du même type. Ci-dessous, un exemple avec le projet de « ressourcerie virtuelle de déchets d’équipements électriques et électroniques » et une invitation pour l’expérimenter.

Continuer la lecture de « Séance de hacks en abyme le vendredi 31 mai à la Rockette Libre »

Baptème du Mozilab, un nouveau lieu d'intelligence collective, le 13 juin 2013

Le 15 juin sera inauguré la boutique de la Collecterie à Montreuil. Un peu avant, c’est un nouveau lieu de résilience et d’intelligence collective qui aura vu officiellement le jour, le Mozilab. Le mois de juin sera donc particulièrement faste pour Montreuil, ville en Transition.
Electrocycle-l’Asso D3E avait rencontré précédemment, Nicolas de la Collecterie. C’est guidé par Laétitia et en compagnie de Philippe et Jean-Baptiste que nous avons découvert ce futur nouveau lieu. Quelles sont les grandes lignes du projet ? De quoi aurait-il besoin ?

Continuer la lecture de « Baptème du Mozilab, un nouveau lieu d'intelligence collective, le 13 juin 2013 »