Le wEEEki : vers un outil d’éducation populaire et de transparence ?

Rockette Libre

Le vendredi 5 juin 2015 s’est tenue une réunion informelle entre Open Food Facts (OFF), le Refer (Réseau régional des ressourceries/recycleries d’Idf ), Electrocycle, Antanak, Picapo et InfoGnuEureka.
L’objet principal était de faire se rencontrer le Refer alias le réseau régional des ressourceries/recycleries d’lle de France et Open Food Facts, inventeur d’une plate-forme de bases de données [libres et coopératives] appelée Products Opener [= PO] et éditeur de deux bases de données [l’une sur les produits alimentaires de la grande distribution et l’autre sur les cosmétiques].
Cette rencontre, organisée par InfoGnuEureka, s’inscrivait dans la programmation de la Rockette Libre et celle de la semaine européenne du développement durable.
Après les présentations d’usage, à la Trockette – le café associatif géré par la Petite Rockette – deux temps forts ont ponctués cette rencontre :

  1. La découverte de la ressourcerie de la Petite Rockette et du monde des ressourceries.
  2. Les discussions à la Trockette pour réfléchir aux manières de travailler ensemble à la réutilisation de « Products Opener » afin d’en faire un outil favorisant la réappropriation citoyenne de la problématique de la fin de vie des équipements électriques & électroniques.

A l’issu de cette soirée placée sous la bannière des communs, et riche en informations, quelle stratégie mettre en œuvre ?

1. Découverte de la ressourcerie de la Petite Rockette

Martin, chargé de mission du Refer, à fait découvrir à Pierre (administrateur d’OFF) & aux autres participants de cette visite particulièrement instructive, la ressourcerie de la Petite Rockette. L’occasion de revenir sur :

  • ses origines & son éthique,
  • son fonctionnement
  • ce qu’elle apporte à son territoire,
  • les difficultés rencontrées dans un contexte de réduction de subventions publiques et d’accroissement des activités des ressourceries en Ile de France
  • les orientations prises pour être plus autonome et prendre une part plus importante dans la réduction des déchets par un traitement local notamment en formalisant un pôle recherche & développement,
  • les verrous empêchant d’aller plus loin dans la mise en place de filières plus efficaces, transparentes & éthiques (par ex. dans le textile ou les plastiques).

Des échanges ouverts & interactifs ont permis, au-delà des seuls équipements électriques & électroniques d’imaginer différentes synergies entre les différentes structures représentées.

Après cette passionnante immersion dans le monde des ressourceries et plus particulièrement de celle de la Petite Rockette, nous sommes retournés à la Trockette pour réfléchir ensemble à la réutilisation de « Products Opener ».

2. Travailler en commun sur la réutilisation d’une plate-forme libre & contributive utilisable par les ressourceries ?

Cinq questions importantes ont été évoquées. Quelques éléments de réponses.

2.1 Créer une taxonomie qui va bien ?

Il existe déjà de bonnes fondations dans wikidata et open food facts. Mais le sujet est à creuser. Il impactera le point 2. suivant.

2.2 Déterminer un périmètre pour les objets qui seraient pris en charge par cette plate-forme ?

Un besoin pour les EEE mais les ressourceries sont généralistes… Une base de données de connaissances libres, c’est aussi de la transparence et de la traçabilité.

2.3 Choisir une plate-forme commune de développement et de travail coopératif ?

La plate-forme de développement

Il existe une autre plate-forme libre et participative développée par une communauté germanophone et intégrée à l’écosystème Wikimedia. Wikibase est sous php mais moins aboutie notamment sur l’aspect utilisation des périphériques mobiles (tablette, smartphone..) si on la compare à PO.

PO est développé en perl (langage qui a moins de développeur que php) et est soutenu par une communauté majoritairement francophone.

Il existe des « passerelles » entre wikidata (base de données utilisant wikibase) et PO ou OFF.

La plate-forme de travail coopératif

OFF utilise slack. Outil pas libre mais gratuit pour les structures associatives.

2.4 Trouver un budget pour financer les contributeurs principaux ?

Il ne serait pas réaliste au regard des nombreux autres projets libristes menés par les participants de cette rencontre de se lancer dans un projet sans qu’il soit au moins partiellement financé. D’autant que, compte tenu, de l’important travail à réaliser et les enjeux (y compris économique) derrière, les principaux contributeurs percevront une rémunération.

2.5 Installer la plate-forme libre et contributive pour la réadapter aux besoins du Refer ?

Picapo, co-initiateur de la Rockette Libre avec la Petite Rockette, propose un service d’hébergement associatif. Il permettrait la réalisation de tests de la plate-forme PO.

Au delà des questions qui se posent, il faut réfléchir à une stratégie cohérente et pragmatique.

3. Proposition de directions pour une stratégie commune

  1. Se renforcer mutuellement en imaginant la réutilisation de Products Opener par un travail commun en partie rémunéré et donc budgétisé.
  2. Faire la gouvernance de cette ressource commune en même temps qu’elle est mise en place.
  3. Faire appel aux communautés hackerspaces, fablabs…
  4. Etre pragmatique et utiliser slack (qui n’est pas un logiciel libre) pour ne pas se couper de la communauté mère.
  5. Utiliser la méthode itérative (quick & dirty) en se basant sur PO et en contribuant au code (sous perl).
  6. Réfléchir avec le Refer au modèle économique des « formations » [// ateliers de démontage/réutilisation] lors d’une prochaine discussion.
  7. Avoir en tête les difficultés en terme juridiques, de logistique, de documentation & de structuration de l’information (taxonomie…)
  8. Trouver les bonnes articulations avec wikidata & Products Opener pour que PO & WB soient interopérables.
  9. Garder en tête que l’enjeu n’est pas de tout documenter mais de créer un outil de réappropriation citoyenne (d’éducation populaire) couplé à des d’ateliers de démontage pour structurer le savoir & développer les « Sensib’actions » sur la problématique des objets en fin de vie.
  10. Conserver notre indépendance en ayant un écosystème pérenne (y compris financier).

Le 06/06/2015
Mise à jour au 10/06/2015
Cyril Desmidt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *