Hacker les fablabs ?

Parinux propose une synthèse intéressante sur les hacklabs. Un mot qui place sous une même étiquette hackerspaces, fablabs, open ateliers.. Mais est-ce la même chose ? Après avoir rencontré

quelques hackers, makers, bricoleurs, bidouilleurs franciliens … depuis un peu plus d’un an et demi j’apporterai une réponse nuancée. Ca dépend !

En effet, pour beaucoup de hackers, qualifier leur hackerspace de fablab relèverait presque de l’insulte. Pourquoi ? Un hackerspace, c’est avant tout des gens, une communauté qui partage un certain nombre de valeurs (l’éthique) centrées sur le « libre », le partage des connaissances, le DIY (do it yourself), le

hack c’est à dire le détournement des outils ou des usages ainsi que la gratuité.
Des gens donc, qui se retrouvent dans un lieu, le hackerspace pour faire des projets n’ayant pas nécessairement une finalité précise et/ou pour parler entre pairs.
Le lieu est généralement peu pérenne, quelque fois squaté ou bénéficiant

d’un bail précaire. Il n’a souvent, du moins matériellement, que peu de moyens. L’argent n’y a guère bonne presse et l’on trouve plus de dilettantes – ou du moins se revendiquant comme tel – que d' »experts ».
Naturellement, certains ne seront pas d’accord avec cette description. Peu importe, il n’existe de toute facon pas un hackerspace mais des hackerspaces ayant certaines caractéristiques propres liées essentiellement aux gens qui y évoluent.

Un fablab, c’est plus institutionnel, c’est-à-dire nettement moins underground, avec plus de moyens et où la réflexion sur le business économique affleure quant elle n’est pas au fondement même de l’existence du lieu. Un lieu où l’on fait de l’innovation souvent in fine à vocation commerciale. On y est relaxe, détendu, ambiance co-working, mais au revoir le dilettante et bonjour l’expert en devenir, fier entrepreneur portant haut les couleurs nationales.
C’est aussi plus… industriel avec ses listes de machines officielles souvent payées rubis sur l’ongle et une charte des Fablabs parfois respectée et appliquée, parfois pas. Là encore, certains diront que la description n’est pas exacte. Le meilleur moyen de se faire son opinion c’est de tester ! Les plus téméraires découvriront peut-être que ces lieux sont parfois hantés par les mêmes personnes ?

Actuellement en cette période dite de crise, un vent fort souffle en faveur du Fablab. Les Fablabs fleurissent un peu partout en France y compris en Ile de France. Le Fablab de Montreuil est par exemple annoncé pour juin. A contrario, c’est la bérézina pour nombre de hackerspaces franciliens (pourtant peu nombreux). L’expulsion du TmpLab, de la Blackboxe voire du Loop et de la Rockette Libre serait annoncée dans les mois qui viennent. Alors, peut-on imaginer hacker les fablabs en y instillant l’éthique hacker et en y plaçant les quelques machines des hackerspaces qui pourraient se retrouver sdf afin de les sécuriser ?

le 11/05/2013
Mis à jour le

21/06/2013
CD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *