Développer le réemploi de piles, est-ce possible ?

Festilab

En 2012, Daniel, le secrétaire actuel d’Electrocycle, a vu son invention « le sauvepile » primée au concours Lépine. Il s’agissait d’un testeur de piles lowtech couplé à un panneau d’information sur les piles que Daniel souhaitait installer à côté des bornes de collecte.
En 2014, Philippe a redécouvert l’existence de la régénération de piles et a proposé d’améliorer l’existant en créant la regenbox. Projet open source confié par la suite à l’association Atelier 21.
En 2016, Philippe et Daniel ont associé leurs savoir-faire & inventions respectives pour proposer « le point de contrôle de piles ». Après une tentative auprès de la ville de Paris, Electrocycle & ses partenaires récidivent pour cette nouvelle année en proposant à la région Ile de France une version 2 du point de contrôle de piles.

Recyclage & réemploi, parle-t-on de la même chose ? Un point de contrôle de piles, quésaco ? En route pour développer des points de contrôle dans des tiers lieux et des lieux de co-working ?

Recyclage & réemploi, parle-t-on de la même chose ?

Le processus de recyclage consiste à faire exploser dans des usines spécialisées de manière contrôlée les piles puis à récupérer autant que faire ce peut certains des matériaux qui avaient été utilisés pour réaliser les piles ou accumulateurs (PA).

Il est possible de réemployer des piles. Soit parce que nous sommes en présence d’accumulateurs conçus dès le départ pour être réutilisés grâce à l’utilisation d’un chargeur. Soit parce que les piles alcalines – identifiées à tord comme d’usage unique – peuvent sous certaines conditions – poursuivre une seconde vie comme piles d’occasion.

Un point de contrôle de piles, quésaco ?

Une borne de collecte de piles, est un endroit destiné à recevoir des piles (piles alcalines, accus ou batteries) amenées par des particuliers pour qu’elles soient recyclées.

Un point de contrôle de piles, serait un dispositif complémentaire des bornes de collecte de piles qui ne traiterait pas de déchets mais de piles pouvant faire l’objet d’un réemploi.
Les points de contrôle de piles seraient des dispositifs complémentaires des bornes de collecte de piles ayant plusieurs fonctions :

  • La principale, déterminer si une pile (alcaline ou accumulateur) apportée pourrait être ou pas réemployée.
  • Ils seraient également des lieux de médiation populaire (au sens éducation populaire) en donnant des informations autour de l’énergie & de la pollution liée au déchets électroniques .
  • Enfin si le lieu n’était pas doté d’un régénérateur ou d’un chargeur de piles, il s’agirait d’en faire un gisement de piles où celles réemployables seraient envoyées vers des lieux de massification pour régénération/chargement & celles non-réemployables seraient redirigées vers les bornes de collecte les plus proches.

En route pour développer des points de contrôle dans des tiers lieux et des lieux de co-working ?

Electrocycle, se propose de démontrer que des points de contrôle disséminés dans différents lieux  (bibliothèque, école, régie de quartier, ressourcerie, fablab, lieu de co-working…) peuvent être une solution pour améliorer le taux de collecte des piles & accumulateurs et surtout de remettre dans un circuit court des piles d’occasion qui, jusque là étaient détruites.

Un projet en innovation ouverte & open source pour lequel, si vous le souhaitez, vous pourrez nous rejoindre.

Le 11/01/2018
Cyril Desmidt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *