Des D3E aux D3E 2.0 !

Petit rappel de ce qu’est un déchet d’équipement électrique et électronique avant de donner les grandes lignes de la filière dédiée aux DEEE et de conclure provisoirement sur la réception de ce concept pour une partie de la population francilienne.

Les D3E, définition

Le déchet, c’est ce qui reste inutilisé dans le processus de création (synonyme de « chute ») ou n’est plus utilisable après la fabrication d’un produit parce que non-employable &/ou non rentable. Ce peut-être aussi la conséquence d’une décision d’abandon de propriété en le mettant au rebut. Voir par ex. « un projet dedie à la réduction des D3e » pour des explications plus juridiques ou techniques.

La plupart des équipements qui nous entourent utilisent comme source d’énergie l’électricité soit via une prise de courant soit une batterie. Lorsqu’ils sont plus complexes car dotés d’un circuit intégré, on dit alors qu’ils sont électroniques. Outils magiques, ils nous simplifient la vie. Après l’achat, ils finissent par devenir quasi transparents jusqu’au moment où alors qu’ils sont souvent encore fonctionnels, on songe – en raison de leur obsolescence – à s’en débarrasser. Ils rentrent alors dans la catégorie des déchets d’équipements électriques et électroniques, DEEE ou moins employés D3E.

La filière professionnelle des D3E

Les déchets alimentent déchetteries, incinérateurs, centres d’enfouissement et usines de recyclage. Ils constituent pour certains acteurs oligopolistiques de la filière déchet un business très lucratif et pour certaines parties de la population mondiale un moyen de survie. Nous renvoyons à « la gestion des dechets en mode open-source » pour plus de détail sur la notion d’open D3E proche d’une conception « bien commun » dès lors qu’il est envisagé une gestion collective d’une resssource par une communauté.
La filière des D3E intégrant collecte et traitement des D3E c’est mis très progressivement en place et au regard de ce que nous avons pu découvrir en presque deux ans d’étude, bien du chemin reste à parcourir. Politiquement, beaucoup d’efforts sont fait sur la collecte et l’axe principal de traitement choisi est celui du recyclage. Mais est-ce là d’un point de vue environnemental les meilleurs choix ? Pourquoi privilégier la collecte alors que le traitement des D3E semblent ne pas être réellement au point ?

La population et les D3E

Hors des spécialistes, la majeure partie des personnes que nous avons rencontrés par hasard au cours de notre enquête les DEEE ou D3E ne connaissaient que rarement ces acronymes. Ils ignoraient d’ailleurs (comme nous même avant 2011), ce qu’était un déchet d’équipement électrique et électronique. Seule une minorité d’individus se rendent compte de la quantité de ressources utilisées pour la fabrication d’équipements électriques et électroniques ainsi que les problèmes de pollution, de consommation d’énergie qu’ils ont générés et généreront lorsqu’ils deviendront des déchets.
Néanmoins, vu que les D3E alimentent de plus en plus massivement nos poubelles et que leur coût de collecte et de traitement va en augmentant nul doute que de plus en plus de personnes en entendront parler.
Si le D3E est discret, le concept d’obsolescence programmée est, lui, plus tendance. Mais qui se demande pourquoi un concentré de nouvelles technologies coûte – au regard du temps de conception, de la main d’oeuvre et des matières premières utilisées – si peu chers ? Pourquoi faire du durable et utiliser des matières de meilleure qualité donc plus chères si le consommateur n’achète que le prix le plus bas ?
Certaines personnes conscientes des enjeux ou simplement désireuses de trouver des solutions pragmatiques se mobilisent. Ainsi voit-on fleurir des initiative de repair café, de fablabs et d’ateliers ouverts participatifs. Un de ces ateliers récemment créé à la suite du festival de la récup’ : « Faisons les nous-même » exposait quelques une de ces créations réalisées à partir de déchets lors de la ZUC (Zone d’Utopies Concrètes) à l’occasion du FUC, 2nde édition. On pouvait y découvrir un certain nombre d’appareils ménagers d’un genre un peu particulier : machine à laver à pédale, chauffage solaire, poêle de masse, four solaire, marmite norvégienne. L’avenir du D3E 2.0 ?

Le 27/09/2013
CD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *