Séance de hacks en abyme le vendredi 31 mai à la Rockette Libre

La mise en abyme « est un procédé consistant à représenter une œuvre dans une œuvre du même type, par exemple en incrustant une image en elle-même« . (Wikipédia) Le hack en abyme pourrait être un procédé consistant à détourner une oeuvre de l’esprit dans une oeuvre du même type. Ci-dessous, un exemple avec le projet de « ressourcerie virtuelle de déchets d’équipements électriques et électroniques » et une invitation pour l’expérimenter.

Continuer la lecture de « Séance de hacks en abyme le vendredi 31 mai à la Rockette Libre »

Hacks en série lors du Bellastock 2013

Chaque année depuis 2006, se tient un festival un peu particulier. Des étudiants en architecture avec parfois quelques urbanistes, des paysagistes… se réunissent pour expérimenter pendant quelques jours l’autoconstruction avec des matériaux de récupération. Cette année, après un changement de dernière minute pour des raisons de sécurité, c’est à Maisse dans l’Essonne que s’est tenu le Bellastock 2013 « Greenwashing » avec pour thème l’architecture et les plantes.

En prenant possession du terrain mis à disposition par un particulier, la priorité c’était, pour les 1000 participants Bellastock, d’avoir un toit sur la tête à cause de la pluie me disait le dimanche 19 mai, à l’occasion des portes ouvertes, mon Guide Simon. Le résultat était véritablement très impressionnant. On pouvait voir des abris singuliers créés par des équipes de 5 personnes. Les caractéristiques communes étaient l’utilisation de gaules de chataigner, de la ficelle en sisal,  quelques palettes au sol et une couverture étanche apportée par les participants. On trouvait également des infrastructures collectives comme un dortoir pour le staff, une scène, une cuisine, des toilettes sèches et une grande douche. Bref, un authentique village éphémère composé de structures entièrement naturelles mais parfaitement fonctionnelles. Nos apprentis architectes ont manifestement un sens de la débrouille et du détournement très développé.

Quel rapport avec Electrocycle-l’Asso D3E me direz-vous ? Des « glaneuses », installations lumineuses réalisées à partir de skydomes récupérés sur un site en démolition l’année dernière, fournissaient au village la lumière électrique dont il avait besoin. Bel exemple parmi d’autres de ce que peut-être le détournement d’un objet pour en faire autre chose. Du hacking donc ! « Dans un sens large, le hacking concerne les activités visant à détourner un objet de sa fonction première. Le hacking a pour fonction de résoudre ou d’aider à résoudre des problèmes, et cela dans de nombreux domaines. » dixit wikipédia.
Ces réalisations n’ont pu être possibles que grâce à une solide organisation mêlant identification de sources de récup’ et logistique. Une organisation qui pourrait encore être optimisée les prochaines années par un système d’information intégrant de la cartographie. Un chantier qui s’intégrerait dans les réalisations en cours d’Electrocycle-l’Asso D3E ayant pour objet de fédérer un certain nombre d’acteurs de la récup’ d’équipements électriques et électroniques afin d’améliorer le réemploi et la réutilisation des D3E ?

Le 29/5/2013
CD – CL

Baptème du Mozilab, un nouveau lieu d'intelligence collective, le 13 juin 2013

Le 15 juin sera inauguré la boutique de la Collecterie à Montreuil. Un peu avant, c’est un nouveau lieu de résilience et d’intelligence collective qui aura vu officiellement le jour, le Mozilab. Le mois de juin sera donc particulièrement faste pour Montreuil, ville en Transition.
Electrocycle-l’Asso D3E avait rencontré précédemment, Nicolas de la Collecterie. C’est guidé par Laétitia et en compagnie de Philippe et Jean-Baptiste que nous avons découvert ce futur nouveau lieu. Quelles sont les grandes lignes du projet ? De quoi aurait-il besoin ?

Continuer la lecture de « Baptème du Mozilab, un nouveau lieu d'intelligence collective, le 13 juin 2013 »

Vers des ateliers de reconditionnement informatique en DIY à l'EPN de Paris XIIe ?

Le centre social, relais 59, situé à Paris, dans le XIIe arrondissement, héberge notamment un espace public numérique (EPN). C’est l’@nnexe, proche de la Gare de Lyon. Cet EPN a la particularité d’utiliser 100 % de logiciels libres. Il est par ailleurs en train de mettre en place un jardin collectif qui comportera des plantes d’agréments et dans la mesure du possible des comestibles. Ce jardin fonctionnera en mode incredible-edible à partir de récup’ et réalisera son propre compost. Un candidat sérieux à l’agriculture urbaine donc.

Electrocycle, l’Asso D3E tente d’améliorer la mise en relation entre les lieux de collecte de D3E et les lieux de (ré)appropriation des savoirs et des techniques. Les EPN sont des lieux d’appropriation des savoirs. D’ailleurs dans un article découvert postérieurement à la visite de l’@nnexe, il semble qu’il y ait des réflexions en cours sur leur transformation vers un modèle Fablab : http://nod-a.com/2013/01/epnfablab/ . L’@nnexe a d’ailleur pris un peu d’avance avec son fabulab.
Les EPN sont aussi potentiellement des lieux où l’on pourrait collecter des D3E. Cet EPN en particulier envisageait de mettre en place des ateliers de reconditionnement informatique pour ses publics. Il y avait matière à discussion pour déterminer ce qu’il serait possible de réaliser ensemble.

Les discussions avec Yann ainsi qu’avec Stéphane furent passionnantes. Nous avons évoqués nos projets respectifs, leur souhait d’accueillir des install party, leur grande ouverture à l’égard des associations. Nous avons plus particulièrement réfléchi à la possibilité de mettre en place, sans doute vers juillet 2013, des ateliers de reconditionnement informatique à destination des publics de l’EPN et sous un mode « fait le toi-même » (DIY) mais avec de l’aide donc vraisemblablement plus sous une forme, faisons-le ensemble (Do it together). Des ateliers qui pourraient être extrêmement complémentaires des ateliers démontage/inventaire réalisés au sein de la Rockette Libre.
Le reconditionnement n’étant pas notre spécialité, nous avons proposé de parler de ce projet avec des structures rencontrées au cours de la conduite du projet sur les D3E. Ce fut chose faite, un peu plus tard dans la journée, lorsque nous avons pu revoir Jerry. Justine et Emilien, membres de ce collectif se sont montrés extrêmement intéressés par ce projet. Ils passeront sans doute prochainement pour découvrir l’@nnexe. Nous poursuivrons notre travail d’infomédiateur dans les semaines à venir notamment auprès de la Petite Rockettequi avait initialement un projet assez similaire et d’Emmabuntüs qui propose un système d’exploitation libre rendant une nouvelle jeunesse à de vieux PC.

le 10/05/2013
CD

Plug on Pmb & Web radio, futures nouveautés du projet wEEEki ?

Depuis le 16 novembre 2012, cinq ateliers démontage/inventaire d’équipements électriques et électroniques se sont succédés à la Rockette Libre. Comment fonctionnent ces ateliers ? Quelles leçons en tirer ? Quelles futures évolutions ?

Continuer la lecture de « Plug on Pmb & Web radio, futures nouveautés du projet wEEEki ? »

Découverte de la Collecterie de Montreuil

Deux des neufs membres de l’association qui a créé la Collecterie de Montreuil http://lacollecterie.org/ m’ont accueilli le vendredi 26 avril en fin d’après midi dans leur nouveau local, 18-30 rue Saint Antoine.
Un local particulièrement bien situé puisqu’il se trouve dans une ville qui s’est déclarée en Transition et dans un futur éco-quartier. La Collecterie joue déjà la carte de la synergie avec des acteurs existants limitrophes (collectifs d’artistes, futur fablab, établissement de co-working, Roms…) ou plus éloignés (Ressourcerie à 2 mains par ex.).

Après une visite guidée de la Collecterie j’ai plus particulièrement échangé avec Nicolas, bénévole de l’association, fervent militant du libre, co-fondateur de la première web radio francilienne (off line depuis peu) et grand récupérateur comme tous les membres de l’asso.

La Collecterie souhaiterait se spécialiser dans la menuisirie. Il existe d’ores et déjà un atelier menuiserie et un local de transformation.
La priorité du moment, c’est l’aménagement de la boutique et la mise en place d’une gestion informatisée. C’est plus particulièrement ce dernier point qui m’amenait. L’idée était de présenter succinctement le logiciel open source Pmb, initialement conçu pour de la gestion de bibliothèque.
Seul le front office à partir de http://bacasable.usinette.org/eee/opac_css/ et http://114.112.255.13/bibliotec/opac_css/ a été montré. Il conviendrait à mon avis de faire une session bis sur le backoffice de manière à faire gagner du temps à Nicolas pour le test de ce logiciel pour leurs besoins propres. [Pour info, il existe également une démo d’une partie du back office ici : http://pmb.biblio.free.fr/ ]
Quoique plus intéressé par les QRCode (lisibles par des smartphone) que par les codes-barres, une douchette leur a cependant été prêtée. Aucune durée de prêt n’a été déterminée. Ils verront d’abord s’ils en ont l’usage.

Enfin, nous avons évoqué quelques pistes de collaboration :

  • mise en relations avec d’autres acteurs de la récup’ grâce à nos contacts (Hackerspaces franciliens, repare café, FUC, Garage Numérique, Ressourcerie de la Petite Rockette…)
  • mise en place d’un outil informatisé pour mieux gérer la collecterie.
    Que Pmb ou un logiciel de commerce électronique open source soient ou non adoptés, il nous a paru important de rappeler les efforts menés actuellement par la ressourcerie de la Petite Rockette pour coder une solution libre d’un système intégré de gestion de ressourcerie.