wEEEki in progress

Le contenu des discussions à la Rockette Libre fut particulièrement riche le vendredi 18 octobre 2013. En effet, en plus du sujet principal consacré au wEEEki, il fut question :

  • d’un logiciel open-source de gestion intégrée de ressourcerie en cours de développement,
  • d’ateliers de reconditionnement d’informatique tant à la Rockette Libre que dans le cadre des activités de la ressourcerie de la Petite Rockette,
  • de l’organisation d’un futur atelier consacré à Open street Map,
  • et d’autres sujets divers et variés.

Aussi ne faut-il pas s’étonner que nous n’ayons pu résoudre toutes les difficultés rencontrés dans l’utilisation de mediawiki utilisé par le projet wEEEki. Quelles ont été les avancées et que restent-ils à faire ?

Les avancées de l’atelier wEEEki

Il fallait faire un sacré ménage dans les spams qui se sont accumulés depuis juillet. Deux stratégies ont été mis en oeuvre. D’abord la frappe chirurgicale en tentant de comprendre le rôle des différentes tables du médiawiki en lançant quelques lignes de commande sql. Au passage, nous avons pu apprécier la virtuosité d’Olive dans l’utilisation du terminal. Ensuite, en sortant l’artillerie lourde, en décidant finalement d’écraser l’ancienne base par une nouvelle vierge.
La situation présente étant réglée de manière radicale, il fallait prendre des décisions quant à la préservation de ce futur bien commun vis à vis des robots spammeurs. La piste d’utiliser un script analysant le temps de création d’un compte à été évoquée. En effet, il faut quelques secondes à un robot pour créer comptes et pages web alors qu’il est nécessaire de passer plus de temps pour un humain. On a donc là, un moyen de filtrer les spams. Néanmoins, n’ayant pas un tel script sous la main, nous avons commencé par ajouter une « captcha » et imposer la création d’un compte pour pouvoir ajouter une page. [Naifs, nous avions initialement laissé grandes ouvertes les portes pour que chacun puisse, sans compte, ajouter du contenu.]
Une autre décision importante a elle été confirmée. Celle de mettre chacune des pages sous CC By Sa.
Un logo en version 0 a été mis sur le wiki.
4 comptes utilisateurs dont symboliquement 2 appartiennent à deux ressourceries distinctes ont été créés.
La page d’accueil est de nouveau accessible.
[Postérieurement à l’atelier du 18 oct., l’ensemble des pages précédemment créées ont été remises en ligne à partir de fichiers sauvegarder au format txt. L’historique et le nom des contributeurs initiaux n’ont pu être conservés.]

Les points encore à résoudre

Hélas, force est de constater que le wEEEki n’est pas encore redevenu complètement fonctionnel et que quelques progrès restent à faire au regard des robots spammeurs, créateurs de compte.
Si l’on peut créer sans difficulté de nouveaux compte, on ne peut pour le moment créer de page – ce qui d’un certain côté simplifie le problème des robots spammeurs mais n’est sans doute pas la solution la plus appropriée !
Nous avons pu constaté que du spam continue d’exister pour la création de compte.
Enfin, nous avons sans doute été un peu rapide pour présenter l’outil médiawiki que chacun est invité à s’approprier pour contribuer à ce futur commun de la connaissance.

Tout laisse donc à penser que nous programmerons une autre séance. Cela notamment afin, comme l’ont proposé certains participants, de procéder à un démontage/inventaire tout en remplissant dans le même temps le wEEEki – [ce que nous ne faisions pas jusqu’à maintenant]. To be continued…

le 24 oct. 2013
Mise à jour au 1 nov. 2013
CD

Les D3E en tant que biens communs !

Octobre, c’est le mois des communs http://villes.bienscommuns.org/. Ca tombe bien puisque les ateliers démontage/inventaire reprennent ce mois-ci à la Rockette-Libre http://rockette-libre.org/demontage-d3e/. Un atelier donc pour « fêter » ces deux événements : le vendredi 11 oct. 2013 à partir de 19h00.
Un moment de partage et d’intelligence collective où l’on reviendra, sur les axes du projet D3E, les questionnements de la précédente « démantèlement party » organisée par la Collecterie de Montreuil, avant de démonter un équipement électrique électronique de la liste visible sur http://www.assod3e.org/le-projet-weeeki/ .

Continuer la lecture de « Les D3E en tant que biens communs ! »

Rentrée de sept. 2013 d'Electrocycle – la communauté D3E ?

Le collectif D3E (déchets d’équipements électriques et électroniques) a vu le jour à l’occasion de la SERD (Semaine Européenne de Réduction des Déchets) 2011. En 2012, le collectif s’est transformé en asso D3E. 2013 verra-t-il émerger une communauté D3E ? Une partie des efforts de notre association ainsi que ceux d’acteurs de la collecte ou du traitement des D3E vont en tout cas dans ce sens.
Pour preuve, quelques événements passés et à venir (non exhaustifs) liés aux D3E qui ne manqueront pas de cimenter notre communauté sur des actions concrètes.

Continuer la lecture de « Rentrée de sept. 2013 d'Electrocycle – la communauté D3E ? »

La gestion des déchets en mode open source ?

Vendredi 19 juillet 2013, s’est tenue ce qui sera peut-être connu dans quelques année comme la première discussion sur de « l’Open Déchet » dans les lieux comme les hackerspaces, fablabs, open ateliers ou ressourceries. La problématique étudiée était celle de « Comment gérer les déchets dans les lieux de réappropriation des savoirs et techniques ? » Nous n’étions que peu nombreux et quelque part heureusement puisque nos échanges ont duré près de … 4h. Regards croisés à partir d’expériences de terrain dans les lieux tels que les hackerspaces, les fablabs et les ressourceries.
Le lieu de réunion choisi n’était pas anodin puisqu’il s’agissait du Mozilab. Du fait de sa proximité avec la Collecterie de Montreuil, du profil de la future « Fabmanageuse » très impliquée dans la récup’, et du questionnement du lieu sur cette problématique, c’était une évidence que d’y tenir une réunion.
Quelles sont les questions qui ont été débattues ?

Continuer la lecture de « La gestion des déchets en mode open source ? »

Atelier démontage/inventaire d’un appareil photo au Summer Lab de Nantes

Les ateliers de démontage/inventaire d’équipements électriques et électroniques initiés à la Rockette Libre s’opèrent dans un certain contexte. En effet, réalisés dans les locaux d’une ressourcerie, nul besoin de s’inquiéter du devenir des pièces détachées après le démontage. Par ailleurs, il s’agit d’ateliers de sensibilisation et finalement l’objectif n’est pas temps d’inventorier les sous ensembles de l’équipement que de prendre prétexte d’un démontage pour proposer une discussion sur cet équipement, la technique ou la technologie en général et la problématique des D3E.
La tenue d’un atelier démontage/inventaire lors du Summer Lab de Nantes fut particulièrement intéressante puisqu’il permis de partir sur d’autres pistes en vue de proposer une méthodologie de démontage/inventaire tout en image.

Continuer la lecture de « Atelier démontage/inventaire d’un appareil photo au Summer Lab de Nantes »

D3E au Summer Lab de Nantes

Du 8 au 14 juillet 2013 s’est tenu le Summer Lab de Nantes organisé par l’association PiNG en partenariat avec l’ENSA. PiNG, comme il est précisé sur http://www.pingbase.net/wordpressfr/ping/projet-associatif , « explore les pratiques numériques et invite à la réappropriation des technologies. A la fois espace de ressources, d’expérimentation et atelier de fabrication numérique (Fablab), l’association développe son projet autour de la médiation, la pédagogie, l’accompagnement et la mise en réseau des acteurs. »
En quoi consistait le Sumer Lab et quelles rencontres intéressantes y avons nous faites ?

Continuer la lecture de « D3E au Summer Lab de Nantes »

Appel à participation au projet wEEEki

Vendredi 31 mai 2013 s’est tenu à la Rockette Libre un atelier wEEEki/D3E. Le descriptif annoncé était celui-ci.

Qu’a-t-on fait en réalité ? Où en est le projet wEEEki ? Que faire si ce projet vous intéresse ?

Continuer la lecture de « Appel à participation au projet wEEEki »

Séance de hacks en abyme le vendredi 31 mai à la Rockette Libre

La mise en abyme « est un procédé consistant à représenter une œuvre dans une œuvre du même type, par exemple en incrustant une image en elle-même« . (Wikipédia) Le hack en abyme pourrait être un procédé consistant à détourner une oeuvre de l’esprit dans une oeuvre du même type. Ci-dessous, un exemple avec le projet de « ressourcerie virtuelle de déchets d’équipements électriques et électroniques » et une invitation pour l’expérimenter.

Continuer la lecture de « Séance de hacks en abyme le vendredi 31 mai à la Rockette Libre »

Hacks en série lors du Bellastock 2013

Chaque année depuis 2006, se tient un festival un peu particulier. Des étudiants en architecture avec parfois quelques urbanistes, des paysagistes… se réunissent pour expérimenter pendant quelques jours l’autoconstruction avec des matériaux de récupération. Cette année, après un changement de dernière minute pour des raisons de sécurité, c’est à Maisse dans l’Essonne que s’est tenu le Bellastock 2013 « Greenwashing » avec pour thème l’architecture et les plantes.

En prenant possession du terrain mis à disposition par un particulier, la priorité c’était, pour les 1000 participants Bellastock, d’avoir un toit sur la tête à cause de la pluie me disait le dimanche 19 mai, à l’occasion des portes ouvertes, mon Guide Simon. Le résultat était véritablement très impressionnant. On pouvait voir des abris singuliers créés par des équipes de 5 personnes. Les caractéristiques communes étaient l’utilisation de gaules de chataigner, de la ficelle en sisal,  quelques palettes au sol et une couverture étanche apportée par les participants. On trouvait également des infrastructures collectives comme un dortoir pour le staff, une scène, une cuisine, des toilettes sèches et une grande douche. Bref, un authentique village éphémère composé de structures entièrement naturelles mais parfaitement fonctionnelles. Nos apprentis architectes ont manifestement un sens de la débrouille et du détournement très développé.

Quel rapport avec Electrocycle-l’Asso D3E me direz-vous ? Des « glaneuses », installations lumineuses réalisées à partir de skydomes récupérés sur un site en démolition l’année dernière, fournissaient au village la lumière électrique dont il avait besoin. Bel exemple parmi d’autres de ce que peut-être le détournement d’un objet pour en faire autre chose. Du hacking donc ! « Dans un sens large, le hacking concerne les activités visant à détourner un objet de sa fonction première. Le hacking a pour fonction de résoudre ou d’aider à résoudre des problèmes, et cela dans de nombreux domaines. » dixit wikipédia.
Ces réalisations n’ont pu être possibles que grâce à une solide organisation mêlant identification de sources de récup’ et logistique. Une organisation qui pourrait encore être optimisée les prochaines années par un système d’information intégrant de la cartographie. Un chantier qui s’intégrerait dans les réalisations en cours d’Electrocycle-l’Asso D3E ayant pour objet de fédérer un certain nombre d’acteurs de la récup’ d’équipements électriques et électroniques afin d’améliorer le réemploi et la réutilisation des D3E ?

Le 29/5/2013
CD – CL

Baptème du Mozilab, un nouveau lieu d'intelligence collective, le 13 juin 2013

Le 15 juin sera inauguré la boutique de la Collecterie à Montreuil. Un peu avant, c’est un nouveau lieu de résilience et d’intelligence collective qui aura vu officiellement le jour, le Mozilab. Le mois de juin sera donc particulièrement faste pour Montreuil, ville en Transition.
Electrocycle-l’Asso D3E avait rencontré précédemment, Nicolas de la Collecterie. C’est guidé par Laétitia et en compagnie de Philippe et Jean-Baptiste que nous avons découvert ce futur nouveau lieu. Quelles sont les grandes lignes du projet ? De quoi aurait-il besoin ?

Continuer la lecture de « Baptème du Mozilab, un nouveau lieu d'intelligence collective, le 13 juin 2013 »